Il n’y a pas si longtemps, j’étais dans mon cabinet de sage-femme. Je recevais les couples (oui souvent les mamans et les papas venaient ensemble), pour les séances de préparation à la naissance, pour des consultations de grossesse, pour des suivis gynécologiques…

Les consultations étaient assez longues et donc je devais avoir plus ou moins une dizaine de consultations dans la journée. J’ai toujours aimé ce contact, cette proximité. Les échanges étaient faciles et facilités par cette relation de confiance qui s’instaurait au fur et à mesure des rencontres. J’aime mon métier. C’est un métier qui vit à l’intérieur de la vie, qui protège et accompagne humainement. Du moins c’est comme cela que je le perçois, comme cela que je le ressens.

Un jour, un papa m’interroge lors d’une séance de préparation à la naissance : « Aurélie, pourquoi est-ce que l’on n’entend pas ce que tu es en train de nous dire ailleurs qu’avec toi ? Dans les médias, les revues, les autres professionnels de santé ?  »

img_0166

Évidemment je lui demande de préciser ce qu’il veut me dire. Il enchaîne : « C’est quand même important de savoir tout ça ! De comprendre la physiologie, de faire en sorte de la respecter, d’être acteur de ce qu’il se passe lors de la naissance et même lors de la grossesse ! Je ne parle même pas de l’après, être de parents conscients et acteurs, responsables… »

Ok ! Wouah ! Bon je tiens à dire que ce papa était professeur et donc je crois qu’il se sentait très à l’aise pour me communiquer tout ça. J’ai été d’abord surprise. Pas parce qu’il avait raison, bien sur, à juste titre, mais parce que je ne sais pas si je m’étais vraiment posée cette question : comment peut-on transmettre ces informations à grande échelle ? Et pas uniquement à quelques couples durant les séances ? Oui parce que si je fais rapidement un petit calcul : 10 couples par jour, en travaillant 5 jours par semaine, ça donne 50 couples par semaine. À raison de 52 semaines par an, si j’enlève 10 semaines pour les congés, il me reste 42 semaines… 2100 couples par an. Bon c’est déjà pas mal me direz-vous…

J’ai gardé l’idée en tête. J’ai continué à travailler dans mon cabinet et parfois, la frustration me gagnait « mais pourquoi l’image de la grossesse et de l’accouchement est-elle si malmenée ? »… Certains couples me disaient : « merci pour toutes ces infos, mais concrètement, quand on est en salle d’accouchement, est-ce qu’on nous laisse vraiment faire ce que l’on veut ? Est-ce que l’on peut utiliser les positions que tu nous montres ? Est-ce que l’on respectera notre projet de naissance ? ». Ma réponse ? Toujours la même « C’est vrai, dans certains endroits et suivant la personne, l’équipe qui vous accompagnera, ce ne sera peut-être pas évident. Mais il faut ouvrir le chemin. Ce sont les parents qui feront bouger les choses. Si vous dites ce que vous avez envie, ce que vous ressentez, ils devront s’adapter. Et si ce n’est pas vous qui bénéficierez de ce changement, ce sera pour les prochains couples. Et si vous êtes écoutées, c’est aussi peut-être parce que d’autres avant vous, auront osé verbaliser leurs besoins ».

Oui. Parfois c’est long, trop long. Mais quand les changements s’opèrent, il y a comme une énergie nouvelle, un mouvement, tout peut se créer, tout peut émerger.

Un jour, j’ai dû arrêter d’exercer. Mon chemin personnel, mon environnement, mes projets, tout a contribué à ce que je stoppe pour m’occuper de mon propre devenir mère. Alors j’ai fermé la porte de mon cabinet. Je me suis occupée de moi. Les premiers temps, j’ai eu besoin de me ressourcer. Mon parcours pour devenir maman a été très compliqué et long. Mon envie de partager, toujours latente, à refait surface d’un bon. Et là, mon intuition a été surprenante je dois dire… J’ai pris mon téléphone et je me suis filmée. Ce que j’ai dit ? La même chose que j’aimais dire aux couples qui venaient me voir au cabinet (bon en plus tendu quand même car ce n’est pas évident de parler à son téléphone…). Une fois la vidéo transférée sur mon ordinateur, je l’ai téléchargé sur internet : une chaîne youtube. Je ne comprenais pas trop ce qui se passait à ce moment-là. J’étais stressée, tendue, j’avais la sensation de me mettre à nu, face au monde… N’importe qui pourrait voir cette vidéo… Quelle trouille j’ai eu ! Mais je me suis souvenue de ce papa, qui disait qu’il manquait cette information à grande échelle. Et loin de moi l’idée de combler ce gouffre, je me suis dit qu’au moins, je contribuerais, à ma hauteur, à partager ce que je sais.

Aujourd’hui, deux ans plus tard, 92 vidéos plus tard, 260 275 vues. Autant vous dire que j’ai dépassé le nombre de couples par an, à qui j’aurais pu donner ces informations. J’ai aussi dépassé ma peur, mes appréhensions, mes doutes. Je me suis lancé un sacré défi, en bravant mes limites.

capture-decran-2017-01-24-a-01-02-33

Ce qui est merveilleux dans toute cette aventure, c’est de créer cette énergie de partage, de tisser du lien. On a beau être nombreux et visionner ces vidéos aux quatre coins de la planète, j’ai l’impression d’être en train de me rapprocher de vous. J’ai l’impression que l’on crée ensemble. J’ai cette sensation que l’on avance ensemble. Je me sens portée, autant par les messages, les retours, que par ce qui n’est pas visible, ce que je perçois, ce que je ressens.

Il y a quelque chose de vertigineux avec internet, mais c’est un outil incroyable quand on l’utilise pour s’ouvrir aux autres, avec le coeur, dans le partage.

Alors je continue, avec vous. J’aime sentir ce lien, qui en tant que femme, mère et simplement en tant qu’humain, me donne des ailes. J’aime aussi me sentir utile, bien sur, en faisant du mieux que je peux.

Je vous envoie toutes mes plus belles pensées et cette joie de pouvoir co-créer avec vous.

With love +++

capture-decran-2017-01-24-a-00-55-16

 

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s