Et si on arrêtait de dessiner des moutons justement ?

Si on dessinait des êtres vivants éveillés, des êtres humains en fait !

Oui je sais c’est agréable d’être un mouton. On fait tous la même chose, même si ce n’est pas très palpitant finalement. On broute tous la tête baissée, on broute la même herbe, sur la même parcelle. On est heureux ou pas d’avoir ces 3 mètres carrés de parcelle pour se dégourdir les pattes. Parfois on saute de joie quand on nous annonce qu’éventuellement, on aura un mètre carré en plus.

C’est agréable cette cohésion sociale. C’est rassurant. Je peux brouter tranquillement car je sais que tout le monde fait la même chose.

Je n’ai pas besoin de surveiller les autres car ils ont eux aussi la tête baissée.

Et puis même si le berger qui s’occupe du troupeau est nul, qu’importe, lui aussi regarde ses pieds.

Si un jour un mouton arrête de brouter, et décide de lever la tête, il s’apercevra qu’il n’y a pas que ces mètres carrés d’herbe à brouter.

Il y a tout un monde infiniment grand. À commencer par le ciel qu’il découvrira, le soleil, la hauteur des arbres, il sentira d’autres odeurs, verra d’autres couleurs. Son coeur va battre si fort dans sa poitrine qu’il voudra le partager avec les autres.

Mais s’il est seul à avoir fait cette découverte, il sera flagellé par les autres. Car c’est inadmissible de dire autant d’idioties. Y en a déjà un qui disait que la terre était ronde, faut pas déconner quand même !

Par contre, si un tiers de ces moutons découvrent la même chose, c’est-à-dire la vie dans son essentiel, dans sa grandeur et cette flamme intérieure qui s’anime lorsque l’on sent que l’on aspire à quelque chose de plus beau pour soi et pour tous, alors là, les autres auront probablement envie de suivre cet élan.

Donc, arrêtons de dessiner des moutons.

Chaque chose en son temps, et maintenant, il est vraiment temps de faire place à autre chose. Moi en tous les cas, j’ai envie de faire partie du tiers qui a levé la tête.

J’ai envie que d’autres le fassent aussi. Car même si on va plus vite quand on est seule, on va plus loin quand on est ensemble.

Je me réjouis du film « En quête de sens » qui est porteur et appel à l’action. Je me réjouis de l’engouement. Je suis heureuse de voir qu’il n’y a aucun obstacle à faire mieux, sinon notre mental.

Quel dommage de s’emprisonner dans son corps alors que lui-même est d’une ressource infinie, connecté avec tout et avec tous.

Je suis sage-femme. J’accueille les nouvelles générations. Je suis une femme, je suis une mère, je suis un être humain. Mais surtout, je ne suis rien et je suis tout. Tout comme vous.

Mon coeur bat pour que je puisse sentir et me rappeler que si je suis ici, ce n’est pas que pour brouter !

capture-decran-2017-02-02-a-01-27-00

Crédit photo Can Stock’Photo


Aurélie SURMELY
Aurélie SURMELY

Coach périnatal diplômée sage-femme, auteure du livre Accoucher sans péridurale

    4 replies to "Dessine moi un mouton"

    • Patricia

      Je suis tout à fait d’accord avec toi ! J’essaie de regarder le plus souvent possible autour de moi, pour devenir de plus en plus éveillée… Je n’ai pas vu le film dont tu parles mais j’adore Pierre Rabhi !! <3

      Je vais essayer de voir Les Mistrals Gagnants, qui devrait etre tout aussi émouvant et épanouissant. Je te le conseille ! 🙂

    • Patricia

      En parlant de mouton.. Cela me rappelle cette image ! 😉

      http://www.akipaka.fr/dominique/moutons-affiche.gif

Laisser un commentaire