IL fallait bien que je vous en parle ! Et j’avoue qu’en ces instants, où je tapote sur mon  clavier, je cherche encore mes mots. Car j’aimerais trouver les « bons » mots, les plus justes. S’il y a bien un point que nous aide à avancer, c’est la clarté. Avoir de la clarté nous permet d’être plus confiant et de mieux orienter nos actes, nos paroles, nos pensées.

En réalité, le mot coach est usité un peu partout sur la toile. Et jusqu’à maintenant, je ne me projetai pas en tant que coach, car je me voyais plutôt comme une « accompagnatrice »:

J’accompagnai le couple, les parents, la femme enceinte, le nouveau-né. La période de la grossesse, de l’accouchement et du post-partum mais aussi la vie « gynécologique » de la femme (en tant que sage-femme nous sommes habilitées à réaliser des consultations gynécologiques dites de prévention : ordonnance de contraceptif, frottis, examen des seins, …).

Bref, je me sentais et je me suis toujours sentie celle qui « accompagne » et bien sûr dans cet accompagnement, je pouvais utiliser mes connaissances en tant que professionnel et mon expérience, ma vision, mon intuition ainsi que mes qualités.

Jusqu’à présent, donc, je partageais avec vous pour démocratiser cet accès à l’information et « vulgariser » le champ médical pour faciliter sa compréhension. Mon objectif étant que nous puissions tous faire des choix éclairés, et vivre au mieux notre vie de parents, durant ces périodes de vie si intense.

Mais j’ai été contrainte de changer certaines choses.

Mon conseil national de l’ordre des sages-femmes m’a demandé de ne plus employer le mot « accompagnement ». Pourquoi ? Parce que comme vous le savez, j’ai arrêté d’exercer depuis 2 ans mon métier de sage-femme libérale. Aujourd’hui, je me suis réaccaparée mes connaissances et mon expérience pour vous les transmettre plus largement, grâce à internet notamment, aux conférences et aux futurs séminaires (je suis en train de les mettre en place).

Alors j’ai supprimé « sage-femme » et « accompagnement », sur leur demande.

Alors comment mettre un mot sur cette activité qui est toute nouvelle ?

Et vous permettre de comprendre qui je suis, mes compétences, mon statut ?

Le mot coach est venu. Coach, parce que je veux continuer d’accompagner. Je souhaite continuer à transmettre.

Depuis que je suis sage-femme, en réalité depuis 2001, je sais à quel point il est important de revaloriser le potentiel des femmes, des bébés, des couples, des parents. De permettre à tous de regagner cette confiance et de reprendre contact avec notre force, notre pouvoir.

Finalement, être sage-femme, c’est avant tout permettre à la personne accompagnée, de toucher et de se réapproprier son immense pouvoir, cette sagesse, cette force.

Le jour où j’ai compris cela, je n’ai plus exercé de la même façon.

Je me souviens encore d’une garde à l’hôpital où j’étais avec un « stagiaire » que nous appellerons Denis. Un jeune homme qui devait être en 3ème année d’école de sage-femme, si mes souvenirs sont bons. Il devait accompagner un couple, dont la femme allait bientôt accoucher. Il venait me voir régulièrement pour me donner des nouvelles. Je lui proposai de faire en sorte qu’elle se sente libre de ses mouvements. Je lui avais recommandé d’organiser la salle d’accouchement de façon à ce qu’elle puisse trouver des tapis au sol, des coussins, des ballons… Ainsi, cette femme s’est sentie « maîtresse » de ce qu’il se passait dans son corps. Personne ne lui imposait quoique ce soit ou ne lui faisait comprendre qu’elle n’avait pas les connaissances suffisantes pour donner naissance. Puis au moment où la naissance était imminente, Denis est venu me chercher. Il était excité par ce moment fort qui s’annonçait. Et il y a de quoi ! Il y a une énergie tellement forte, tellement incroyable lors d’une naissance. Donc nous sommes allés dans la salle d’accouchement et il se préparait à mettre des gants pour « faire l’accouchement ». Je lui ai demandé de venir à côté de moi. J’étais accroupie, à moins de deux mètres du couple. La maman se tenait elle aussi accroupie. Son homme était derrière elle, la soutenant sous les bras et accueillant son dos contre son torse dès que la contraction partait.

En chuchotant j’expliquai à Denis : « Tu vois ce qu’il se passe ? Elle est en train de vivre son accouchement. Tu n’as pas besoin de l’accoucher ! »

Il avait l’air surpris et pour le rassurer j’ai rajouté « Regarde, elle a mis spontanément sa main sur son périnée. Elle est en train d’accueillir la tête du bébé. Sa position lui permet de l’attraper. Nous nous allons juste observer que tout ce passe bien et si elle en a besoin, nous interviendrons. C’est son moment, C’est leur moment. »

Denis a eu les larmes aux yeux. Moi aussi. Le spectacle nous coupe le souffle. Le bébé naît dans les mains de sa mère et il est ensuite lové dans ses bras. IL y a eu trois naissances et une en plus… celle d’un futur sage-femme en devenir, qui aura pu voir pour la première fois, une naissance sans intervention « médicale ».

Si je vous ai raconté cette merveilleuse expérience, c’est parce que je suis cette sage-femme qui a les mains dans le dos, qui observe, qui permet aux parents et au bébé de vivre leur potentiel, leur magie.

Je veux continuer à insuffler cette pensée. Je veux continuer à transmettre et à lever le voile. Je veux pouvoir vous aider à trouver cette force et à la faire vivre et vibrer.

Alors, même si je ne peux plus dire « sage-femme », je veux être ce « coach » pour les parents et futurs parents.

Je souhaite vous proposer des séminaires pour que l’on se retrouve, des conférences, des vidéos.

J’aimerais proposer des séminaires aussi pour les couples désireux d’avoir un enfant. Car  nous sommes nombreux dans cette situation, où l’enfant ne vient pas. J’aimerais proposer des séminaires sur deux ou trois jours, dans un beau cadre, pour vous livrer mon expertise et que vous ressortiez de là galvanisé, prêts à vivre votre potentiel pleinement.

Pour être des parents conscients et épanouis.

Je vous embrasse fort,

With love,

et oserais-je dire « coachement vôtre » 😉

Aurélie

Si vous avez des suggestions pour remplacer le mot « coach » ou si vous aimez le mot coach, dites-le-moi en commentaire ! J’ai hâte d’avoir vos avis 🙂 

7 réponses sur « Pourquoi COACH ? L’heure de vérité ! »

  1. Je suis très touchée par ce post. Il me touche d’autant plus que je suis aussi traversée par ces questionnements sur les « appelations » ou « titres » réservés par les institutions sur mon propre chemin. Les esprits changent très vite aujourd’hui, tout bouge et je crois que c’est heureux même si parfois déstabilisant. Néanmoins l’expérience, ton expérience demeure et cela ne peut se résumer dans un « titre » ou à une « appelation ». C’est une chance que de pouvoir se réinventer tout au long de sa vie et tu le fais merveilleusement. Ton énergie et ta sincérité sont là, perceptibles. Continue avec confiance… Colombe

    Aimé par 1 personne

    1. Merci pour ton message Colombe 🙂 Oui, tu as raison, les choses changent et tant mieux. On a besoin d’avancer ! Il faut aujourd’hui créer pour s’adapter, ce qui est quand même très positif. Déstabilisant, comme tu le dis, et positif 🙂

      J'aime

  2. Bonjour Aurélie,
    Merci de ce que tu fais , ton travail est très important et je comprend qu il soit important que tu puisse le nommer, te mettre  » en règle  » et dans un référentiel qui te convienne et convienne a ceux qui te rencontre pour tes compétences professionnelles. La profession de coach est il me semble encadré, avec des formations, des exigences en supervision et autre éléments. Le métier de sage femme implique les compétences de conseil et de formation, Ce n est pas parce que tu n exercés plus que tu n es plus sage femme a mon sens… Tu as le terme de consultant qui pourrais être employé car il fait appel a ton expertise..mais qui peut faire très cac40… En même temps on est habitué aux consultantes en lactation…bref je réfléchi avec toi sage femme consultante en douces naissances. Après peut être que de faire une formation de coach te donnerais encore plus d outils pour nos accompagnements…. Tout mon soutien et mes encourage ments…

    Aimé par 1 personne

    1. Merci mille fois pour ton message. Tu as tout à fait raison pour la formation de coach, d’ailleurs (hasard si ce n’est coïncidence ;-)) je suis encore sur mon ordinateur car j’étais en train de me renseigner sur les formations agréées ICF (fédération internationale de coachs).
      C’est un vrai questionnement qui a tout son sens et qui m’oblige à clarifier ma vision, et surtout, à me projeter.
      Il devient de plus en plus évident pour moi d’être au plus près des besoins fondamentaux. C’est-à-dire, permettre en amont d’apporter cette confiance si nécessaire pour avancer et faire des choix conscients, éclairés.
      Le terme de coach ne résonne pas (encore?) chez moi, mais l’idée est d’accompagner et d’apporter dans mon discours et dans mes actes, ce qui résonne en moi et à travers mon expérience, mes connaissances.
      J’espère être claire, car à l’heure où je te réponds, il est très tard ! Mais globalement, ce tournant dans ma vie, déroutant de prime abord, me permet finalement de faire un grand pas en avant. Je suis encore dans cette phase où, le pied est en avant mais dans le vide. Pourtant, je sens qu’il se posera et que l’équilibre reviendra avec. Encore merci pour ton message qui m’a vraiment fait du bien. Bonne nuit 😉

      J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s