Cette question est souvent posée, car le nombre de déclenchement est aussi très important. Comment savoir si « l’on est favorable » à un déclenchement ? Quels sont les critères des gynécologues pour déclencher l’accouchement ?

Pour commencer, une petite mise en garde… Les déclenchements ne sont pas anodins. Bien que banalisés, car nombreux, il n’en reste pas moins que les risques de césarienne, d’instrumentalisation (ventouse, forceps, spatules), d’épisiotomie, …. sont importants. Pourquoi ? Parce que l’on vous a peut-être dit que vous étiez « favorable » à un déclenchement, mais vous n’êtes peut-être pas prête et votre bébé non plus. Si vous l’étiez, ne pensez-vous pas que vous auriez eu des contractions naturellement ? Que le corps aurait fait son travail naturellement ?

Le déclenchement, je dirais dans 98% des cas, induit le fait d’avoir une péridurale, non par choix conscient, mais parce que les contractions chimiques sont très difficiles à gérer. Elles sont différentes des contractions naturelles, qui vous permettent une certaine adaptation.

Le déclenchement doit (devrait) avoir un bénéfice plus grand que les risques que celui-ci engendre. Un déclenchement consiste à induire des contractions de l’utérus pour induire le travail de l’accouchement.

Quels sont les critères à un déclenchement :

Je ne vais pas parler des causes de déclenchement ici, mais vous expliquer pourquoi l’on dit d’une maman qu’elle est favorable ou non à un déclenchement.

En réalité, tout se résume, ou presque, dans un tableau LE SCORE DE BISHOP (l’âge de la grossesse est un critère fondamental bien sûr, car si le déclenchement a lieu avant 39 SA, les indications médicales doivent être solides)  :

Capture d_écran 2017-12-31 à 11.22.20
Score de Bishop

Pour résumer : un col qui n’est pas du tout favorable pour un accouchement, est long (plus ou moins 3 cm), dur, postérieur (lorsque l’on « insère » les doigts dans le vagin en direction du col, celui-ci est en arrière), fermé et la présentation du bébé est haute.

On totalise donc les POINTS pour estimer les conditions du déclenchement et la méthode.

Exemple : si votre col est fermé = 0, raccourci =1, ramolli =1, plus ou moins centré =1 et que la tête de votre bébé est amorcée dans votre bassin =1, vous totalisez 4 points. Dans ces conditions, votre col n’est pas très favorable à un déclenchement car inférieur ou égal à 5. IL vous sera proposé une maturation du col avec des prostaglandines LOCALEMENT. Ces prostaglandines ont pour rôle d’améliorer les conditions du déclenchement et parfois, elles permettent de déclencher le travail.

Le col de l’utérus : 

anatomie femme enceinte utérus
Anatomie femme enceinte : visualisation du col

Sur cette image, on voit bien que le col est en arrière et long.

Je crois qu’il est important de connaître les risques d’un déclenchement et de prendre cette décision en conscience avec l’équipe médicale.

Je sais que vous lisez cette phrase partout à tout bout de champ, et qu’elle est devenue presque un slogan que l’on entend mais que l’on écoute plus : « discutez-en avec votre gynécologue et votre sage-femme »…. Mais pourtant, cela me semble si important.

Osez demander, osez poser vos questions. Vous devez obtenir des réponses.

J’ai volontairement axé cet article sur le fait d’être « favorable » ou non, mais il y aurait tellement de choses à dire encore. Prenez le temps d’en parler, si possible, avec votre sage-femme. Si le déclenchement se fait un peu dans l’urgence, demandez à la sage-femme de garde de la salle d’accouchement de prendre du temps pour vous expliquer (ce qu’elle fera j’en suis sûre), mais surtout de répondre à TOUTES vos questions. Pensez à demander : POURQUOI COMMENT et qu’elles sont les ALTERNATIVES ou  ce que vous pouvez mettre en place pour vivre au mieux le déclenchement.


  • En savoir plus sur le col et la dilatation en cliquant ici
  • En savoir plus sur le déclenchement avec l’HAS (haute autorité de santé) et l’OMS (organisation mondiale de la santé)

Découvrez les programmes :


Aurélie SURMELY
Aurélie SURMELY

Coach périnatal diplômée sage-femme, auteure du livre Accoucher sans péridurale

    4 replies to "« favorable » pour un déclenchement ?"

    • mamentaliste

      C’est  » drôle » car il y a quelques jours , quand j’ai eu rdv avec ma SF à la mater , j’ai justement demandé si je pouvais m’opposer à un déclenchement et réclamer une césarienne . Mon premier accouchement a eu lieu suite à un déclenchement , col fermé à terme + 3 , par tampon. J’ai souffert de contractions chimiques , pour que 24h après la pose je sois toujours col fermé… je passe les détails , mais j’ai fini par accoucher en urgences , avec ventouse , 2 personnes qui m’appuient sur le ventre et mon mari prié de quitter la pièce ( plus le temps pour la césarienne ). Donc , j’ai demandé , si en cas de non naissance à terme je pouvais refuser le déclenchement et exiger une césarienne … la réponse est vague et en gros c’est non … qu’en pensez vous ?

      • Aurélie SURMELY

        Merci pour ton témoignage. Je comprends tout à fait que tu ne souhaites pas revivre un accouchement si difficile (je m’autorise à te tutoyer si tu le veux bien ;-)). Je comprends donc ton appréhension. J’aimerais te poser quelques questions : étais-tu d’accord avec la date de terme pour ton premier (les erreurs de datation sont fréquentes) ? Sais-tu si le pronostic de déclenchement était bon à ce moment-là ? D’autres maternités acceptent d’attendre un peu plus si tout va bien côté maman et bébé. D’autre part, heureusement, l’expression abdominale lors de l’accouchement est maintenant interdite. Autre question : retournes-tu dans la même maternité pour accoucher ?
        Je crois qu’il est primordial d’en discuter et de trouver une solution qui soit prise et par toi (ton conjoint) et par l’équipe. Tu ne dois pas te sentir exclue des décisions. Ensuite, rien ne t’empêche de demander un avis dans une autre structure. Je crois que l’idéal serait que tu prennes RDV avec une sage-femme libérale (libérale signifie aussi « libérée » car elle ne dépend pas de la structure et t’éclairera avec un regard différent). Parle de ta situation, explique tes craintes, tes peurs. Elle prendra le temps de t’écouter et te donnera des conseils avisés, personnalisés. J’espère t’avoir déjà un peu aidé dans ma réponse. En tous les cas au moins rassuré. Prends soin de toi et prends ce fameux RDV avec une sage-femme libérale (consultation remboursée à 100% par la sécu). Pour trouver ta sage-femme libérale si tu n’en as pas : http://ansfl.org/trouver-une-sf/
        Donne de tes nouvelles 😉

    • Sara

      Hello, merci du fond du coeur pour votre site qui est magnifique 🙂

      Pour être bref, j ai été déclenchée a 41sa. Tout le reste n a pas fonctionné(méthode italienne, thé framboise, nettoyer les carreaux, etc…)
      Sans me demander la gygy a essayé de décoller mes membranes, en vain. Bébé ne voulait pas sortir, elle était trop bien installée je crois 🙂
      La douleur devenait de la souffrance et après 7h j ai demandé la péridurale. Je ne voulais absolument pas de péridurale mais c était trop violent pour mon corps. L accouchement a duré 17h pour se terminer en ventouse et néonatale pour la petite. La séparation était violente. Peau à peau était fait mais trois heures après…
      Elle est en parfaite santé maintenant, mais malheureusement je garde un mauvais souvenir de la mise au monde. Je suis encore traumatisée au point d hésiter d encore un jour donner la vie car un 2ème accouchement de la sorte je ne pourrai pas. Je n ai pas vraiment d écoute chez les copines car « elle est en bonne santé et c est le principal ».

      Merci de votre bienveillance et continué de nous apporter de la lumière. Gratitude 🙂

    • […] soyons que très peu pourvu. Certes… Je me souviens d’une garde où j’ai refusé un déclenchement, dicté par le gynécologue. Le couple s’est présenté le matin. La maman était à peine à […]

Laisser un commentaire