J’avais envie de vous écrire cet article pour que nous puissions avancer ensemble.

Comme vous le savez, j’ai transformé ma profession de sage-femme puisque aujourd’hui je suis devenue auteure du livre Accoucher sans péridurale et coach périnatal. Je continue bien entendu mes vidéos sur Youtube, mes posts sur Facebook, mes lives sur instagram (tous les réseaux sociaux ou presque), pour partager et vous proposer mon accompagnement.

Aujourd’hui est un jour un peu spécial, car c’est l’anniversaire de mon blog

et nous avons franchi les 1 000 000 de vues sur Youtube avec plus de 6 300 abonnés 🙂

Je suis ravie de cette belle étape franchie pour ma chaîne et notre communauté de mamans, de parents.

J’ai aussi beaucoup de fierté de pouvoir être là pour vous, d’avoir osé, il y a bientôt 3 ans et demi, publier ma première vidéo youtube.

J’aimerais donc que nous échangions sur la suite de « La Web télé d’Aurélie » 🙂

Je vous propose de répondre, dans les commentaires, à cette question :

« Quel est le plus gros obstacle qui vous empêche de vous épanouir pour votre grossesse / votre vie de maman ? »

Vos réponses me permettront de mieux orienter les thèmes de mes vidéos et de mes articles. Je lirai aussi avec plaisir toutes vos suggestions, vos remarques, vos idées.


Et évidemment, pour fêter ce nouveau palier dans cette aventure, j’ai décidé de vous gâter ! Je sélectionnerai l’une ou l’un de vous dans les commentaires, pour vous offrir un cadeau surprise ! Date limite pour laisser votre commentaire  : 17 juin 2018 (jour de la fête des pères d’ailleurs ! Ce sera donc symbolique).

birthday-1670415_1280


À vos claviers et à très bientôt

Encore merci pour votre soutien et vos encouragements. Je me sens vraiment chanceuse de vous avoir.

Plein de love 😉 Aurélie

 


Aurélie SURMELY
Aurélie SURMELY

Coach périnatal diplômée sage-femme, auteure du livre Accoucher sans péridurale

    25 replies to "On avance ensemble : grossesse, maternité"

    • Justine

      Le plus gros obstacle pour s’épanouir est pour moi la fatigue. Fatigue de la grossesse, puis après le manque de sommeil. Et aussi la charge mentale qui échoue encore très souvent aux mamans malheureusement.
      Avoir un enfant est une merveille, un cadeau inestimable. Mais parfois la fatigue empêche de faire plus, de profiter à fond.
      C’est pour moi le plus pénible à vivre quand on est maman : la fatigue quotidienne, qui empêche parfois de se consacrer encore plus de ses enfants et de s’épanouir dans son rôle de maman.

      • Aurélie SURMELY

        Merci Justine pour ton message. Je suis tout à fait d’accord avec toi. La fatigue est terrible et peut réellement nous handicaper. Par contre, il y en a qui on toujours de l’énergie, ce sont nos enfants 😉

    • Stine MZE HAMADI

      Étant maman depuis 1 mois, je dois dire que j’ai tout à apprendre. Je suis comblée et reconnaissante d’avoir eu la chance de porter et de mettre au monde mon petit garçon. Souffrant d’une maladie auto-immune et d’une d’endométriose, ma grossesse fut une merveilleuse surprise et le plus beau des cadeaux.
      Ma question: Comment réussir à être une bonne maman en étant malade?
      En plus de ma fatigue chronique, je cumule la fatigue d’une Jeune maman allaitante.
      Ma grossesse a été difficile, j’ai eu des contractions non stop à partir du 5ème mois à cause de mon endométriose, et j’ai accouché un mois avant le terme.

      • Aurélie SURMELY

        Bonsoir Stine, il me semble que l’on a déjà échangé un peu à ce sujet, peut-être sur un live instagram ? Tout d’abord, félicitations pour ton loulou 🙂 J’imagine ta joie lorsque tu as appris ta grossesse (je la comprend d’autant mieux que j’ai vécu 7 années de PMA à cause d’ovaires polykystiques). Je suis sûre que tu es déjà une Mèreveilleuse maman, ne serait-ce que parce que tu t’en soucis et que tu avances dans ce sens 🙂 Merci d’avoir pris le temps de répondre à la question. Je t’envoie plein de belles pensées 🙂

    • Aurélie.R

      Bonsoir à toutes! Me voilà maman d’un merveilleux petit garçon depuis bientôt 10mois…ça passe trop viiiteee!
      Mais voilà le 21avril 2018 j’ai le 1er homme de ma vie si je peux dire mon papa qui avait 69ans et qui s’est battu après 3 cancers jusqu’au bout pour être là et être mon témoin de mariage et surtout connaître et voir son petit fils…69ans…jusque à cette date j’aurai répondu la fátigue dûe â la surcharge mentale qui nous empêche de profiter â fond comme j’ai pu lire plus haut…mais depuis plus d’un mois mon plus gros obstacle c’est: comment continuer à être une bonne maman, â sourire, à ne pas être submerger par la tristesse de la perte de son papa ( dont j’étais tres proche), comment faire pour pas que bébé en patisse? Pour ne pas baiser les bras, craquer…depuis le jour où je l’ai perdu dans l’heure même je me suis dit tu n’as pas le droit de craquer, de t’éffondrer, de faire ton deuil…car ton petit homme n’a rien demandé et ne demande qu’à voir sa maman heureuse, joyeuse tout les jours et continuer â sourire.
      Parfois oui je m’éffondre mais seule et je me dis faites qu’aujourd’hui encore il ne l’a pas vu que sa maman est triste et des torrents de larmes coulent en moi or que je lui souris!? Et cette cupabilité de me dire à la veille de mes 30ans devenir maman or que j’aurai pu avant j’ai été égoïste j’aurai dût lui donner la vie plus tôt pour qu’il est des souvenirs avec son papy…voilà comment faire pour gérer tout ça…

      • Aurélie SURMELY

        Merci Aurélie pour ton témoignage extrêmement touchant. J’ai accompagné des mamans dans une situation similaire. Et il est vrai que je n’ai pas trouvé d’autre « solution » que de leur montrer toute mon affection. C’est un sujet que j’aborderai sans aucun doute, car si quelques mots peuvent apaiser ton coeur et d’autres coeurs, ne serait-ce qu’un tout petit peu, même si c’est infinitésimale, je le ferai. Je t’envoie plein de douces pensées.

    • Rebecca

      Bonjour Aurélie et merci pour ce moment de partage.
      C’est un plaisir de se sentir membre d’une communauté vieille depuis toujours : celle de la maternité !
      On se sent unies par un lien invisible et c est pour moi très rassurant. Chaque expérience nous guide vers la notre. Merci aalors de « provoquer » ces échanges par ces questions ouvertes <3

      Je suis actuellement enceinte de mon premier bébé et cette grossesse est un réel bonheur. Cependant, je culpabilise de ne pas en "profiter" au maximum, en tous cas tel que je me l avais imaginé… le quotidien en est selon moi responsable.
      En effet, j aimerai faire plein de choses : couture, tricot, livre à mon bébé.. Mais bien sûr le quotidien est là et ne nous permet de réaliser tout ce que l on projette.
      Voilà donc en quelques mots ce qui est pour moi un obstacle dans l épanouissement de ma grossesse : le quotidien et l écart entre ce que nous aimerions faire et ce que nous pouvons réellement réaliser à cause des obligations du quotidien.

      Bonne soirée à toutes et au plaisir de vous lire 😘😘

      • Stine

        Bonjour Aurélie,
        On a effectivement déjà échangé sur facebook, en parlant de l’impact positif de votre livre sur mon accouchement physiologique.
        Merci infiniment et félicitations à vous aussi pour votre enfant, après une si longue attente.
        Merci pour vos mots, je fais de mon mieux avec mon fils et je suis formidablement entourée par mon mari, nos familles et nos proches. Je suis la plus heureuse des mamans et chaque instant avec mon fils est magique.

        • Aurélie SURMELY

          Merci pour tes messages et j’espère que l’on gardera contact 🙂 Belle soirée 🙂

      • Aurélie SURMELY

        Merci Rebecca 🙂 Oh que oui, le quotidien nous happes et il transforme souvent nos projets ! J’ai déjà plein d’idées et d’astuces pour rédiger un article, voir une vidéo à ce sujet. Merci beaucoup ! Prend soin de toi et très belle grossesse 😉

      • Aurélie SURMELY

        Bravo Rebecca ! Tu as gagné le concours surprise ! Envoie-moi un mail à lawebteledaurelie@gmail.com avec en objet « gagnante concours ». Je te répondrai et je te demanderai quelques infos afin de t’envoyer ton cadeau 😉 BRAVO !

    • Anonyme

      Bonjour
      Maman d’un petit garçon de 2 mois 😊 j’ai du mal à me remettre de cette naissance, j’ai eu une césarienne très mal vécu et j’ai le sentiment de ne pas avoir accoucher… Je culpabilise beaucoup et je m’inquiète j’ai peur de revivre un jour une autre césarienne

      • Aurélie SURMELY

        Félicitations pour ton loulou 🙂 La naissance est un moment tellement fort dans nos vies de femmes… Ça me fait penser à une vidéo que j’ai réalisé après avoir rendu visite à l’une de mes amies ayant donné naissance par césarienne. Voici le lien, belle soirée 🙂 https://youtu.be/y-wOMgbwfkE

    • Julie

      Coucou Aurélie ! Mon plus gros obstacle pendant mes grossesses a été d’avoir un utérus contractile, et donc pas le droit de toucher mon ventre, et alitement. Ça m’a empêché de créer un lien physique avec mes bébés avant leur naissance et donc je ne les ai rencontré que lorsqu’elles sont sorties. J’ai évidement détesté mes grossesses pour ces raisons. Peut être pourrait tu aider les mamans qui vivent des situations similaires. Gros bisous !!!!

      • Aurélie SURMELY

        Bonjour Julie 🙂 Merci pour ton message. Je suis désolée que tes grossesses aient été brimé par les recommandations que l’on ta donné. Beaucoup de femmes ont un utérus contractile. Je rédigerai un article sur ce sujet. Merci pour le partage. Dis-moi, as-tu accouché prématurément ? Avais-tu un traitement (spasfon ou autre) ? Belle journée, au plaisir de te lire à nouveau 🙂

    • Monthubert

      1000000 de vues ! Whaaaaa ! Quel impact ! Et il y a encore tant à dire… Étant sans enfant, je ne peux que me questionner. Merci aurélie pour cet engagement, fait à merveille au passage 🤩. Et si on parlait des contractions pendant la grossesse, de l’expulsion du placenta , des mortalités in utero , des grossesses multiples !!!! Et il y en a de plus en plus. Au plaisir du 2 ème livre ! Pleins d’énergies positives !

      • Aurélie SURMELY

        Je suis touchée par ton message, merci beaucoup 🙂 Je note tous ces sujets qui sont effectivement très intéressants à aborder. Merci encore pour ton soutien et tes encouragements 🙂

    • Cyrielle

      Coucou. Je dirais sans aucun doute le couple fatigue/stress. Mais heureusement l’hormone de l’amour et mille choses viennent compenser ! 😍😍😍

      • Aurélie SURMELY

        L’incontournable cerne sous les yeux, un classique 😉 Merci pour ton message et vive l’ocytocine et le rire de nos petits coeurs 🙂

    • Elodie

      Coucou Aurélie
      Le plus difficile pour moi lors de mes grossesses a été le manque d’incompréhensions du personnel médical (même s’il faisait de son mieux) et de certains proches face à mes angoisses. Ayant perdu mes petites jumelles à 24sa lors de ma première grossesse, j’ai vécu les deux autres avec plein de sentiments ambivalents ! Le deuil périnatal’est vraiment tabou encore aujourd’hui et c’est dommage. Je peux dire que c’est également un obstacle dans ma vie de maman car les ambivalences sont toujours la: bonheur de vivre plein de choses avec mes deux enfants et tristesse de savoir que je ne les vivrai jamais avec mes deux premières filles. Ce n’est pas un sujet très gai mais je trouvais que ca pouvait avoir sa place ici pour répondre à ta question.

      Merci de tout ce que tu fais ! Longue vie
      À tes chouettes projets

      Bisous

      Elodie ( elochow / ocecla ) 😘

      • Aurélie SURMELY

        Je suis touchée par ton message. C’est un sujet qui a toute sa place, tu as raison. Et il n’est pas évident à aborder, car c’est un sujet fort, qui bouscule nos coeurs. Pourtant tellement de femmes auraient besoin d’entendre/lire des témoignages pour traverser cette épreuve… Merci à toi pour ce message. J’ai une douce pensée pour tes filles étoilées. Mille tendres pensées à toute ta famille. J’espère avoir de tes nouvelles et te relire ici, sur mon blog, sous un autre article, ou ailleurs sur les réseaux sociaux. C’est dingue, ça a beau être virtuel, ça n’en reste pas moins un lien puissant. Plein de love, Aurélie

    • Lorraine

      Comme certaines d’entre vous le premier mot qui m’est venu est : FATIGUE!!
      C’est clairement ce qui m’empêche de profiter de ma vie de maman de manière épanouie. La fatigue qui a commencé dès ma fin de grossesse (normal me direz vous!) avec des insomnies, un peu trop d’anxiété probablement…Un accouchement après 2 nuits blanches (40heures de travail et un abandon de projet de naissance). Cela donnait le ton!
      Un petit garçon qui commence tout juste à faire ses nuits à 3 ans et demi et d’une énergie intarissable!
      Cette fatigue qui me fait perdre patience, me fait broyer du noir jusqu’à en arriver à la dépression… Mais tout va bien je suis soignée, mon fils dort enfin, je pense qu’on voit le bout du tunnel, mais c’est tellement dommage de vivre cette maternité comme une épreuve!!
      Donc finalement ce qui m’empêche de vivre ma maternité de manière épanouie c’est également de devoir travailler (qui plus est avec des enfants) et de donner toute cette énergie pour ne plus en avoir le soir pour mon ptit bout!
      Merci pour tous tes conseils, tes énergies positives qui nous rappellent pourquoi on fait tout ça, pour l’amour tout simplement, l’Amour le plus beau celui qu’on porte à nos enfants. Merci Aurélie!!

      • Aurélie SURMELY

        Merci Lorraine pour ton témoignage, touchant et juste. La fatigue est tellement forte parfois… Elle nous emmène sur des terres inconnues, dans les profondeurs tout autant que le vide. Quelle expérience intense… Je t’envoie plein de douces pensées, Mèreveilleuse maman 🙂 Merci encore pour ton message.

    • Clem Blls

      Je suis maman pour la première fois et de plus de jumeaux, deux beaux petits garçons de 2 mois ! Quelle surprise ! On ne s’y attendais pas, surtout moi! Pour moi le plus grand obstacle à mon épanouissement de maman ce sont les autres ! Pendant la grossesse, le corps médical car voulant vivre une naissance la plus naturelle possible, il faut sans cesse négocier avec les professionnels pour proposer certaines alternatives, puis après la naissance, La famille, surtout les mamans devenues mamies, qui me font douter de moi, ébranle ma confiance en moi. Surtout et principalement pour l’allaitement, car je les allaite de manière exclusive. Et ma maman n’étant pas trop d’une génération à avoir allaité, me renvoie ses doutes, ses peurs « t’es sûr qu’ils ont assez mangé? Ils ont l’air d’avoir encore faim. Ils ont pris combien ce mois-ci?.. » . Les gens pour beaucoup ne connaissent rien à l’allaitement car nous ne sommes pas une société allaitante. Je pense que plus d’infos sur l’allaitement seraient les bienvenus. Le fait de nourrir son enfant fait partie des choses les plus importantes pour une mère, qu’on allaite ou pas, ça serait bien qu’on fasse confiance aux mamans, qu’on les encourage, plutôt que de les faire douter d’elles. Merci Aurélie de rendre tous ces sujets accessibles à tous !

      • Aurélie SURMELY

        Tout à fait d’accord. On ne devrait pas à avoir à se batailler ! Beaucoup de personnes projettent leurs propres angoisses, leur propre « scénario de vie ». Il faut savoir se protéger et parfois s’éloigner physiquement, ne serait-ce qu’un temps, des personnes trop toxiques…. Facile à dire, dur à réaliser, car souvent, ce sont des personnes assez proches. Je ne pense pas que ce soit avec de mauvaises intentions… Mais le plus important est de se protéger surtout dans cette période assez fragile car vulnérable.
        J’ai envie de te dire FÉLICITATIONS pour tes loulous d’amour 😉 Et je suis très heureuse pour vous aussi, que l’allaitement se passe bien et dur 😉 De mon côté, cela fait 2 ans et demi que j’allaite ! Alors tu vois, je suis loin des clichés ! Mais je crois comme toi, que l’on doit se faire confiance, et que l’on doit être capable de s’adapter à ses enfants, aux différentes situations. Nous sommes tous différents. Alors, continue, Mèreveilleuse maman. Et encore une fois, (oui la 2ème!), FÉLICITATIONS 🙂

Laisser un commentaire