Si vous ne connaissez pas Julia Simon, vous allez vous régaler en la découvrant ! C’est une femme en or, authentique, sincère, généreuse. Ça a été pour moi une évidence de l’interviewer. Nous avons axé cette interview autour du post-partum, un sujet qui la passionne.

 

Capture d’écran 2018-09-25 à 00.10.28Julia Simon,

naturopathe et praticienne en énergétique traditionnelle.

Diplômée CENATHO, membre de l’OMNES, diplômée IEATC

 

  • Quelle est la phrase ou le conseil que tu aimes énoncer à tes clientes ?

Quand les femmes viennent en rendez-vous, elles ont envie de sentir mieux, de retrouver de la vitalité et de régler certaines problématiques. Que ce soit en naturopathie ou en énergétique traditionnelle chinoise, j’accompagne les personnes de manière « holistique » c’est à dire globale. J’aime rappeler à mes clientes que leurs corps et leurs émotions fonctionnent ensemble !

On sait que le stress a des impacts physiques indiscutables : ventre noué, cœur qui s’emballe, nausées etc. Nos émotions, qu’elles soient positives ou négatives, ont donc des conséquences directes sur notre corps.  De même, quand nous mangeons sainement en choisissant des ingrédients de qualité, en faisant les bons mélanges et en rajoutant de la vitalité dans nos plats,  nous allons avoir un regain d’énergie. Cette énergie va en général nous donner plus d’élan pour mener à bien nos projets ou nos activités du quotidien, avec optimisme et positivité. Tout est lié : tête, corps, cœur.

 

  • On connaît bien l’importance que tu portes à la période du post-partum. Pourrais-tu nous partager 3 astuces/conseils pour vivre au mieux cette période ?

Oui, le postpartum est pour moi une période très importante de la vie d’une mère et je trouve qu’elle est malheureusement peu évoquée.  Les futures mamans ont accès à beaucoup d’informations sur la grossesse et l’accouchement. A mon sens, ce quatrième trimestre est tout aussi crucial.

A mon sens, ce quatrième trimestre est tout aussi crucial.

Pour mieux vivre cette période, l’idéal serait de la préparer. Savoir à quoi s’attendre est une première étape qui permet de limiter les mauvaises surprises. On parle beaucoup des soins donnés aux nouveaux nés à la maternité ; en tant que jeune maman, être informée sur ses propres soins pour limiter les douleurs et inconforts durant les premiers jours me paraît tout aussi important. On sait aussi qu’une jeune maman est souvent fatiguée et débordée pendant les premières semaines qui suivent l’accouchement. D’un point de vue plus logistique, pourquoi ne pas profiter du dernier mois avant l’arrivée de bébé pour préparer des stocks de petits plats maison et les mettre au congélateur ? C’est un bon moyen pour gagner un temps précieux et s’assurer de manger sainement quand bébé sera là.

Capture d’écran 2018-09-25 à 00.10.57

Pour vivre au mieux cette période, se faire entourer par son partenaire, ses amies et sa famille est primordial. C’est un soutien indispensable pour permettre à la jeune maman de se reposer, de prendre confiance en elle et de créer les liens avec son enfant en toute sérénité. Traditionnellement la jeune maman était soutenue par une communauté de femmes qui prenaient soin d’elle. Il faut recréer notre village.

J’aime rappeler aux jeunes mamans qu’elles font de leur mieux et qu’il faut du temps pour retrouver un équilibre. Elles ont souvent tendance à culpabiliser, à avoir la sensation de pas réussir à s’organiser « comme avant » ou à être au ralenti à cause de la fatigue et du manque de sommeil. Je leur rappelle toujours qu’elles sont en train de faire quelque chose d’incroyable : elles ont créé un petit être pendant 9 mois, ont accouché (moment plutôt intense, non ?) et sont en train d’élever leur enfant. Ce n’est pas rien ! Il faut qu’elles soient douces envers elles-mêmes.

Elles font de leur mieux et qu’il faut du temps pour retrouver un équilibre

  • Y a t’il une phrase ou une situation qui t’a permis personnellement de prendre conscience de l’importance du post-partum ?

« On ne m’avait pas prévenue que c’était comme ça … ». Je crois que c’est cette phrase répétée pratiquement à chaque fois qu’une jeune maman primipare prenait rdv au cabinet, ce qui m’a fait prendre conscience que quelque chose clochait. Je me suis rendue compte qu’on avait toutes les mêmes problématiques et que ce qui était incroyable c’est qu’on découvrait tout cela sur le tard quand bébé était déjà là. Une jeune maman ne va pas forcément en parler autour d’elle, par peur de montrer qu’elle n’est pas à la hauteur. Le post-partum peut aussi mettre en avant des choses très profondes et ancrées pour lesquelles on n’est pas prêtes : nos liens avec nos propres mères, notre place dans la société en tant que femme, notre éducation, la solitude des grandes villes ou l’éloignement avec la famille. Le fait d’avoir accès à plus d’informations sur ce sujet et communiquer en masse pourra sans aucun doute aider les jeunes mamans à retrouver confiance en leurs capacités à être des super mamans.

 

  • Pour le partenaireil existe aussi très peu de documentation finalement sur cette période du post-partum. Si tu pouvais t’adresser à tous les papas/partenaires, tu aimerais leur dire quoi ?

J’aimerais leur dire qu’ils ont une place prépondérante dans ces premiers mois au cours desquels sa famille va se construire. La jeune maman est en train de vivre un grand bouleversement (physique, hormonal, émotionnel) et elle va avoir besoin d’un tuteur sur lequel s’appuyer pour qu’elle puisse trouver son nouvel équilibre, son axe. Elle a besoin de présence, d’être rassurée sur le fait d’être une bonne mère, d’être aimée en tant que mère justement pour redevenir femme. C’est pour moi cela le rôle extraordinaire du papa / partenaire.

 

  • Quelle serait la première action que tu conseillerais à une future maman, pour préparer sa période du post-partum, pendant sa grossesse ?

Faire des stocks de petits plats ! Hippocrate disait que l’alimentation est notre première médecine : prenez soin en priorité de votre corps. C’est ce temple qui vous a permis de donner naissance à votre enfant.

Réfléchissez à ce qui pourrait vous faire plaisir et qui pourraient vous apporter de la vitalité. En énergétique chinoise, on met l’accent sur les plats mijotés, les ragouts, les soupes et bouillons. Préparez le tout en grande quantité et congelez des portions individuelles que vous serez ravies de retrouver pour vos déjeuners.

Et bien évidemment je conseillerais aux futures mamans qui habitent sur Paris de venir à l’un des « ateliers petit grain » www.lesatelierspetitgrain.fr pour parler plus en détails du post-partum et de tous les outils concrets qu’elles peuvent mettre en place pour que tout se passe de manière sereine.

Envie de poser une question à Julia ou simplement de témoigner ? On sera ravie de vous lire et de prendre le temps de partager encore un moment avec vous, autour de ce sujet si important 🙂

 


Articles à découvrir sur le thème du post-partum :


Aurélie SURMELY
Aurélie SURMELY

Coach périnatal diplômée sage-femme, auteure du livre Accoucher sans péridurale

Laisser un commentaire