Finir sa journée sans être sur les rotules, est-ce possible ?

Nous vivons à mille à l’heure, avec plusieurs casquettes : maman/papa, entrepreneur-e/salarié-e, belle-fille/beau-fils, voisin-e, gestionnaire du foyer familial…

Les journées ne sont jamais assez longues pour tout faire et parfois nous prions pour être déjà au fond de notre lit en plein après-midi.

Alors, comment mieux gérer son énergie, pour être efficace sans ruiner sa santé ? Quelles sont les clés pour doser savamment notre capital énergétique, du réveil jusqu’au coucher ?

Comment gérer son énergie

Énergie : anticiper

Nous avons tous un capital d’énergie le matin, au réveil. Il nous permet, tout au long de la journée, de réaliser plusieurs tâches, d’être en mouvement, de penser, de vivre pleinement les 24h que nous avons devant nous. Pourtant, bien souvent, nous utilisons ce capital sans se soucier de savoir qu’il peut être limité et/ou mal utilisé.

Pour ne pas perdre du temps et de l’énergie dans sa journée, inutilement, il est préférable de s’en soucier la veille : préparer votre journée du lendemain afin de ne pas vous poser des questions du type « bon, qu’est-ce que je dois faire maintenant ? Ha oui,… », ou encore « Je n’aurai pas le temps de faire ça… du coup je suis coincée. Bon, je vais faire ça à la place ».

Pourquoi vaut-il mieux anticiper ? Pour éviter de réagir face à une situation inconfortable en essayant de trouver des solutions pour s’adapter.

C’est un des éléments qui vous permettra d’économiser vos forces et d’être plus efficaces.

Utiliser les habitudes à son avantages

Les habitudes peuvent être très pénalisantes, mais pas tout le temps. Si nous avons des habitudes, des routines, c’est parce que notre cerveau en a besoin.

En effet, notre cerveau, même s’il ne représente que 2% de notre masse (soit environ 1,2 kg.), consomme à lui seul 20% d’énergie. Or, lorsque nous le sollicitons pour faire des choix par exemple, il sera encore plus gourmand. Ainsi, nos habitudes ou routines, nous permettent de ne pas brûler notre capital trop vite : nous avons déjà fait des choix et nous faisons la plupart des choses de façon automatique. C’est donc un gain considérable, encore faut-il que ces habitudes soient bonnes pour nous.

Choisir des bonnes habitudes nous permet donc, avec facilité, de faire des dépenses énergétiques modérées et d’être efficace.

Se créer un S.A.S

Tous les jours, nous permettons à notre capital énergétique d’être enrichie, voire même d’être renforcé, en privilégiant la qualité de notre S.A.S. Qu’est-ce que le S.A.S ?

S pour le sommeil. Nous avons besoin de nous régénérer, de voyager à travers nos rêves. Notre corps se concentre sur les « réparations », restaure au maximum son état d’homéostasie, les énergies plus subtiles peuvent émerger. Nous devrions, en tant qu’adulte avec nos vies un peu agitées, dormir au moins 8 heures. Ce quota peut diminuer avec le temps.

A pour alimentation. Ne plombons pas notre corps ! Il a besoin de recevoir des aliments sains, nutritifs, non transformés, vivants. Du moins, au maximum.

S pour sport. La vie, c’est le mouvement. Notre corps et notre être entier réclament le mouvement, réclame la circulation de notre énergie.

Relations : un temps pour chacun

Les relations peuvent être très énergivores. Nous avons différents profils de personnes dans notre entourage, qui peut prendre ou donner une énergie particulière, du moins, une impression de regain d’énergie ou de vide, une fois la conversation terminée.

Nous avons aussi au sein de notre propre famille, des enfants ou un compagnon/compagne, qui demande de l’attention, du temps et par conséquent de l’énergie.

La première chose à faire, est de limiter le temps passer avec des personnes qui ne vous mettent pas en joie lors de la rencontre.

Ensuite, programmez dans votre journée un temps avec chacun des membres de votre famille (membres de votre famille avec qui vous vivez). Vous n’avez pas besoin de passer forcément 3 heures avec quelqu’un pour remplir son réservoir de bonheur avec vous. Parfois, 15 minutes d’une attention pleine, authentique, dans une vraie rencontre, peut être suffisant.

Stress : prendre du recul

Le stress est un puits sans fond, qui demande une quantité d’énergie permanente.

Pensez le plus souvent possible, à prendre du recul et vous poser ces questions : « est-ce que c’est un problème sérieux ? », « est-ce que ça va impacter ma vie sur du long terme ? », « est-ce que quelqu’un est en danger ? »; « en quoi cette situation peut-elle être bénéfique pour moi ? », « quelles sont mes ressources ? ».

Finalement, est-ce que ce que je vis est un événement passager ou est-ce que ce que je vis, est grave ?

Cette prise de recul permet de ne pas trop réagir de façon disproportionnée par rapport à l’événement vécu, et donc, par rapport à l’expérience qui se présente à nous.

Laisser un commentaire