Chercher l’amour : vraiment ?

C’est intéressant, parce que, encore aujourd’hui, une de mes clientes en communication quantique, me disait « j’aimerais comprendre pourquoi je n’arrive pas à rencontrer l’amour de ma vie ? ». Bien sûr elle a eu une réponse très personnelle, puisque nous sommes tous des êtres uniques, avec nos propres spécificités.

Mais cette question est venue à moi, comme une invitation… à la démonter !

Nous cherchons quelqu’un qui pourra nous apporter de l’amour, de la tendresse, du réconfort, de la sécurité… Nous cherchons.

Et lorsque nous trouvons, nous sentons que nos besoins ne sont pas vraiment tous comblés, ou pas tout à fait, voire pas ou plus du tout.

Finalement, lorsque l’on se rend compte que notre liste d’attentes est plus longue que notre bras (c’est une veille expression non ?), comment pourrait-on ne pas être déçue ?

Je me suis renvoyée l’ascenseur une multitude de fois : « Aurélie, en réalité, pourquoi attends-tu d’être comblé par quelqu’un d’autre que toi ? ». Ah ah, la question qui pique un peu.

Parce que nous savons toutes que nous avons envie de combler quelque chose lorsque nous « cherchons » quelqu’un dans notre vie.

Aujourd’hui, j’ai décidé d’être une femme complète, entière. Je ne veux pas chercher quelqu’un, je veux me trouver. J’ai décidé que :

  • L’argent serait mon affaire : une femme autonome et libre, c’est évident pour moi que JE ME LE DOIS. Je ne veux pas d’une relation où il y a de la dépendance et du pouvoir. Je veux me sentir pleine et libre. J’ai aussi trop connu de femmes ligotées par l’argent de leur mari, emprisonnée dans leur vie. 
  • Je pourrais m’épanouir sexuellement parce que connaitre son corps est la clé. Une multitude de femmes attendent de leur partenaire qu’il comble leur besoin sexuel (je veux dire avoir une sexualité épanouissante). Mais combien d’entre nous connaissent leur corps, savent se donner du plaisir, s’apporter de la reconnaissance, seule ? Alors pourquoi cela changerait-il une fois en couple ? C’est un vrai voyage vers soi, pour soi. Rien d’égoïste, bien au contraire : cela s’appelle simplement s’épanouir.
  • Mon corps soit en santé : il faut que je me prenne en main et arrêter de me mentir gentiment « rhooo ce n’est pas grave ». Non, c’est grave Aurélie, parce que ton corps, il s’épuise avec l’âge et la graisse qui alourdit ton cœur. Oui, c’est important et oh combien je pourrais remercier mon corps, d’avoir tenu bon, alors que j’ai si peu d’estime pour moi, au point de l’avoir laissé sur le côté de la route.
  • Je m’aimais : une femme m’a dit un jour, lors d’une conversation très riche : « Aurélie, as-tu de l’estime pour toi ? ». Heu… Oui… Non ? Enfin, je crois.  Biiiiiiip ! Mauvaise réponse ! Comment ça je crois ? Mais enfin, je viens de réaliser que non. Je n’ai pas suffisamment d’estime pour moi. Ça se travaille comment ça ? En posant ses limites. Oui. Ça ne me va pas ? Je sens que ça ne me convient pas ? C’est NON. J’en ai envie ? Je veux me lancer ? C’est OUI.

Je pourrais continuer des heures comme ça, sur tous les sujets, tous les thèmes de ma vie.

Finalement, le mot d’ordre est bien de S’AIMER, en priorité.

Parce que l’amour que j’ai pour moi, me permettra d’aimer. Me permettra d’être un être humain qui s’épanouie.

Alors, non, je ne cherche pas l’amour. 

D’ailleurs, je n’ai pas le temps de chercher, car j’apprends à m’aimer. J’apprends à vivre une vie heureuse, à me construire une vie heureuse.

Si quelqu’un vient dans ma vie, ce sera la cerise sur le gâteau. Pas le gâteau. Le gâteau c’est moi. 

Nous sommes toutes le gâteau !

Et d’ailleurs, ne préférons-nous pas aussi que notre compagnon soit « entier » lui aussi ? Et pas que l’ombre de lui-même ? 

Nous sommes faits pour exprimer pleinement notre potentiel, notre amour, notre spécificité.

J’aime croire que dès lors que nous en prenons conscience, nous sommes déjà en train d’aller dans le sens de notre épanouissement. Se faire de la place pour soi, c’est essentiel non ?

Que répondriez-vous à cette même question, que l’on m’a posée : « As-tu de l’estime pour toi ? ». Sur une échelle de 0 à 10, vous mettriez combien ?

Avoir de l’estime pour soi, se respecter, se donner de la valeur. Se regarder dans la glace et porter un regard bienveillant, tendre. Aller vers les autres et se sentir digne d’exister, de penser, de parler. 

Se donner de la place. 

Oui, parce que je ne crois pas qu’il faille attendre que l’on nous donne notre place. Je crois que l’on doit simplement l’occuper, c’est tout.

On l’occupe en étant soi, parce que notre richesse est là. Parce que nous avons de la valeur. Parce que chacun de nous en a. Mais peu s’en rendent compte ! C’est fou non ? 

Imaginez si votre enfant, devenu grand, vous disait : « Maman, je suis nul. Je ne vaux rien. »

Vous répondriez du tac au tac :

« Tu n’es pas nul ! Tu es incroyable, tu es unique. Je suis fière de toi et tu devrais être fier de toi aussi ! Tu ne te rends même pas compte de ton potentiel, de ta force. Tu as une belle âme, tu es une belle personne. »

Et en bonne mère poule, vous ne finiriez votre plaidoyer en faveur de votre enfant que 6 heures plus tard.

Alors dites-moi, pourquoi vous ne vous faites pas ce même discours ? En quoi ce serait différent ? En quoi vous, vous ne mériteriez pas d’entendre tout ça ?

Ne soyons pas uniquement des petites filles pour nous, soyons aussi des mères. Soyons cette femme qui nous soutient, qui nous valorise, qui nous donne envie d’avancer la poitrine en avant.

Aimons-nous. Aimons-nous vivantes.

Ps : plus loin ensemble en cliquant ici 🙂

    1 Response to "Chercher l’amour : vraiment ?"

    • Maëliss Doula

      Merci Aurélie pour ton article! Tellement de clefs dedans!

      Je pense évidement aux parents que j’accompagne en le lisant! S’aimer, prendre soin de soi est vraiment essentiel, crucial afin de pouvoir prendre soin des autres. J’aime dire aux parents que j’accompagne que pour être bienveillant avec les autres et donc avec nos enfants, il faut d’abord être bienveillant avec soi même! 🙂

Comments are closed.