J’aime ce genre de parallèle, car la grossesse et la naissance sont une sorte de condensées à mes yeux, de la vie. Il me faudrait plusieurs pages pour m’expliquer, mais je voulais surtout vous parler de cette image de la « contraction ».

J’en profiterai à la fin de ce post, pour vous donner un tuyau pour mieux vivre les contractions lors de l’accouchement, et ce même tuyau est applicable dans nos vies.

Une contraction est un processus nerveux d’abord, car les cellules musculaires sont d’abord excitées puis elles se contractent simultanément pour que l’ensemble de la fibre musculaire se contracte. Pour que l’ensemble du muscle concerné se contracte. La contraction entraine généralement, comme le biceps par exemple, un rapprochement des extrémités, car le muscle se trouve diminué dans sa longueur. Puis, il y a le relâchement, la relaxation du muscle, car les fibres musculaires ne sont plus excitées par un influx nerveux et donc, elles reviennent en place.

Imaginez une contraction comme une vague, c’est d’ailleurs une image très réaliste :

LACONTRACTION

Une contraction dure en moyenne, une minute.

On voit donc qu’elle n’est pas constante dans son intensité durant toute cette minute : elle débute tranquillement, progressivement pour aller à son apogée « sommet », puis redescend complètement jusqu’à la fin de la contraction.

En réalité, la période la plus « difficile », ne dure pas plus de 30 secondes.

Et ce qui est « difficile », ce n’est pas tant la contraction que la répétition des contractions. Une fois que la cellule musculaire est contractée grâce à une stimulation nerveuse suffisante, elle est au maximum. L’intensité ne sera pas plus grande. Ce sera plutôt notre ressenti, avec le temps, qui va évoluer.

Donc, pour faire le parallèle avec la vie, nous avons aussi des périodes de contractions. Nous sommes confrontés à nos résistances physiques, mentales, émotionnelles. Nous pouvons nous sentir dans un étau, emporté par le stress et la fatigue. Nous sentons alors cette tension qui augmente en nous, qui prend toute la place jusqu’à nous faire perdre pied. Pour certaines circonstances du moins. Mais vous avez certainement déjà un exemple en tête, d’un moment dans votre vie, d’une situation, où vous n’avez pas perçu l’issue. Où vous sentiez que le contrôle vous échappez. Puis, cette tension tend à diminuer, nous entrevoyons des portes de secours, des solutions font surface. Jusqu’à ce que la situation critique soit finalement résolue ou du moins, qu’elle soit apaisée.

Je dirais que nos vagues pourraient ressembler plutôt à ça :

wave-1913559_1920

 

Une vague qui ne nous permet pas de voir où elle commence, où elle se termine. Une vague qui nous emporte sans annoncer son timing… Impossible de savoir combien de temps elle va nous chahuter. Mais il faut faire avec n’est-ce pas ?

Alors que ce soit une contraction d’accouchement, ou une contraction liée à une situation  que l’on va qualifier « gentiment » de « désagréable », deux solutions s’offrent à nous :

  • SURFER
  • COULER

Bon, rien de tout noir ou de tout blanc, car il peut y avoir des nuances, mais globalement, notre état d’esprit doit : vouloir SURFER.

Quel est l’énorme avantage de la contraction ? Oui, parce qu’elles sont très utiles nos contractions (vous pouvez voir la vidéo où j’explique pourquoi en cliquant ici).

Une des principales raisons de cette contraction est de permettre la dilatation du col et donc l’OUVERTURE.

Oserais-je donc faire le parallèle avec les obstacles, les défis de notre vie ?

Est-ce que ces contractions-là permettent aussi l’OUVERTURE, non pas du col cette fois-ci 😉 mais de notre esprit ? De notre coeur ?

À méditer 🙂

Je vous embrasse et je vous souhaite de SURFER le plus possible, et tant qu’à faire, rappelez-vous que la vague arrive toujours au rivage.

With love,

Aurélie

 

4 thoughts on “La vie et les contractions

  1. Merci pour ce bel article ! Je n’avais jamais pensé à faire le parallèle entre vie et contractions, et effectivement quelle pertinence ! Je m’attendais à ce que tu évoques la respiration à la fin de ton article car depuis ma dernière grossesse, c’est une technique dont j’ai pris conscience et que j’utilise régulièrement pour gérer les frustrations, les situations de colère, de stress ou de douleur. Inspirer longuement par le nez et expirer doucement par la bouche comme dans une paille, me fait un bien fou au corps comme au mental… Merveilleuse découverte lors des contractions de l’accouchement et parallèle avec la vie… Bravo pour ton blog très inspirant et apaisant ! Mercii

    Aimé par 1 personne

    1. Merci Marie 🙂 Oui tu as raison, la respiration est très bénéfique en conscience. J’en parle d’ailleurs dans mon livre Accoucher sans péridurale. Ce serait une bonne idée ceci dit pour un prochain article ! Merci beaucoup pour ton témoignage 🙂

      J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s